Si vous êtes nouveau sur ce site, les articles suivants vont vous intéresser : Le triangle d’exposition

Ces trois articles sont sur les bases de la photographie, il est primordial de bien maîtriser ces notions. 

Je vous invite à vous rendre par la suite sur celui-ci : “10 astuces de composition pour améliorer vos photos”.

Introduction sur le trépied photo

Dans cet article, notre plus fidèle assistant lorsqu’on est en sortie photographique va être décortiqué pour vous donner le plus d’informations possible. 

En effet, le trépied est l’assistant qu’on ne peut pas se passer. Durant nos escapades, avec lui, nous pouvons réaliser par exemple des poses longues, ou encore créer une grande profondeur de champs dans nos images. Pour réaliser ce dernier cas de figure, nous fermerons notre diaphragme. Selon la luminosité ambiante, nous devrons laisser plus ou moins longtemps de pose. Cela nous obligera à stabiliser le boîtier, afin d’éviter toutes vibrations et flous de bouger non désirés.

Autres exemples où le trépied va nous être primordial : Lors de prise de vue avec un téléobjectif. Admettons que nous sommes avec une focale de 300mm, la règle d’or est que si nous sommes à 300 mm nous devons pas être plus lent que 1/300 de secondes de vitesse d’obturation. Ceci nous garantit une photo sans flou de bougé. 

Dès lors, une fois notre appareil photo numérique fixé sur le trépied, nous pouvons nous passer de cette “règle” et ainsi que la crainte de photo floue. Nous paramétrerons une vitesse d’obturation (ou temps de pose ) plus longue. 

Autres cas, si la luminosité est faible (coucher de soleil, heure bleu, pleine nuit,…) et que nous souhaitons une bonne qualité de photo maximum, le trépied est à nouveau un élément essentiel. 

Notre tripod nous garantit une faible valeur de sensibilité.(ISO)

Avec notre boîtier fixé sur notre trépied, notre appareil photo numérique est stable et permet de paramétrer une vitesse d’obturation lente comme expliqué. 

Avec cette façon de procéder, nous allons pouvoir réaliser des poses longues! Vous ignorez ce qu’est les poses longues ? Vous pouvez vous rendre sur l’article “La pose longue en photographie” en cliquant ici

Forcément, tout dépend de la vitesse de notre sujet, si ce dernier bouge, il sera flou ou même invisible ! 

C’est d’ailleurs une bonne technique pour effacer des passants lorsque nous sommes dans une scène en pleine ville.

Vu la multitude de trépieds qu’il est possible d’acquérir, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. 

Cet article a pour but de vous aider à la réflexion dans l’achat ou le renouvellement de votre fidèle assistant en stabilité.

Les fonctions du trépied

Voici quelques avantages lorsqu’on utilise un trépied.

 

  • La stabilité de notre appareil photo numérique ou argentique
  • Ajustement du cadrage précisément
  • Réaliser aisément des poses longues
  • On ne porte pas l’ensemble boitier-objectif, on se fatigue moins
  • L’utilisation du live view est plus confortable
  • Possibilité d’utiliser une petite ouverture sereinement
  • Les techniques comme le focus stacking, le bracketing, le time blending et bien d’autres sont à notre disposition.
  • Photo d’orage, de feux d’artifice, les filés d’eau, d’astronomie seront incontournables une fois sur le trépied.
Liège lors du photowalk

Les critères de choix

  • La grandeur maximum et minimum du trépied
  • Le poids du trépied
  • Le poids qu’il peut supporter
  • L’encombrement replié
  • Le prix
  • Les matériaux utilisés
  • Le système de déploiement des pieds
  • La possibilité ou non de le convertir en monopod
  • L’usage que l’on souhaite réaliser avec cet outil

Le trépied photo, comme les objectifs, se choisit en fonction du style de photo que l’on souhaite réaliser. 

En effet, si nous sommes plutôt dans la photographie de paysage et que nous marchons plusieurs kilomètres avec notre matériel sur le dos, nous allons plutôt choisir un trépied léger sans spécificité à supporter un ensemble boitier objectif lourd. 

A l’inverse, si nous sommes plutôt à réaliser nos photos avec un gros téléobjectif en animalier par exemple, nous opterons alors pour un trépied qui supportera mieux les charges plus excessives. (Diamètre des pieds plus grand )

 

La hauteur du trépied

Pour la hauteur de trépied, il faut analyser si le trépied possède une colonne. 

La colonne est un élément utile, car elle permet de donner encore un peu plus de hauteur sans bouger les pieds. 

Avec une hauteur aux alentours de 1,75 M le trépied photo répondra à la plupart de nos demandes de cadrage

Une autre astuce pour connaître la hauteur adéquate de votre trépied ; celui-ci doit vous arriver au cou ou à la hauteur des épaules.

Lorsque le trépied ne possède pas de colonne, nous serons limités à la hauteur des pieds.

La hauteur maximum est importante, tout comme la hauteur minimum. 

Bien entendu, il est toujours intéressant de réaliser des prises de vue à ras du sol. C’est d’ailleurs un cadrage que j’affectionne car l’impact visuel est esthétique. 

Attention que la colonne central n’est pas toujours idéal lorsque l’on désire écarter au maximum les pieds du tripode. Un trépied sans colonne central sera alors plus adéquat.

Du coup, il est suggéré de prendre connaissance de cette donnée surtout si nous sommes adeptes de la macro photographie. Dans cette discipline, nous sommes souvent près du sol pour réaliser nos photos.

 

Trois astuces pour réaliser des cadrages à ras de sol

1.Angles des pieds ouverts au maximum

2.Avec une colonne orientable

3.En inversant la colonne (inconvénient, le boîtier se retrouve à l’envers)

Trépied à ras du sol
Trépied avec colonne orientable
Trépied renversé à ras du sol

Il existe aussi des mini trépied pour ce type de cadrage. Le gorilla pod sont aussi très maniable.

La capacité de charge

Il est conseillé de connaître le poids qu’il va devoir supporter. 

Pour le savoir, la théorie suggère de peser le poids du boîtier couplé à son objectif le plus lourd et de peser l’ensemble. 

Une fois cette valeur connue, nous pouvons la multiplier par 1,5 à 2 fois, cela nous donnera le poids de charge optimum, et ainsi garantir un trépied stable et équilibré. 

Ce sera aussi une bonne astuce pour prévoir un achat d’un boîtier et/ou d’un objectif de gamme plus élevée donc plus lourd à l’avenir. 

 

L’enjeu de ce choix sera de choisir un bon compromis entre le poids du trépied photo et sa charge admissible. Plus le trépied sera lourd, plus il pourra accepter de supporter un poids plus élevé. A l’inverse, plus il sera léger, moins il pourra supporter de poids. 

En carbone, les données entre poids et charge admissible sont moins liées.

L'encombrement

L’encombrement est pour moi un élément à prendre en compte sérieusement, car une fois acquit, le trépied nous suivra partout.

Ce facteur sera directement lié à la hauteur du trépied. Forcément ! Allez-vous me dire ? Nous allons faire attention à ce que les pieds puissent se replier de part et d’autre de la rotule pour minimiser son encombrement ainsi que 4 à 5 sections se repliant les unes dans les autres.

Trépied replié

Plus notre trépied sera petit, plus ça nous facilitera l’élaboration de nos bagages lors de randonnées ou de voyages.

Pour nous donner une idée, un trépied déplié de 1,70 m fera 50 cm replié.

Le poids

Le poids est très important, car selon notre activité photographique ce paramètre sera peut-être pénible s’ il n’est pas adapté. 

Si notre activité photographique se tourne plutôt vers le portrait, ou la macro photographie ou culinaire… nos déplacements seront assez courts donc il ne sera pas trop contraignant de porter un trépied un peu plus lourd.

Par contre si nous réalisons des photos de paysage, que nous sommes adeptes des randonnées, ou en animalier les trajets vont être plus longs et le poids trop excessif de notre fidèle assistant deviendra alors plus pénible sur de longues distances. 

A l’inverse, un trépied plus lourd nous donnera plus de stabilité lors de coups de vent et supportera plus de poids venant de notre ensemble boîtier, objectif.

Le moyen de transport du trépied est à prendre en compte lors de son achat, si nous optons de le porter à bout de bras ou de l’accrocher à notre sac photo. 

Attention qu’un mauvais choix sur ce point aura tendance à nous inciter à le laisser à la maison ! Vu la valeur ajoutée qu’il peut produire sur nos visuels, il n’en est pas question de le délaisser.

Les matériaux

Les matériaux utilisés le plus souvent sont l’aluminium et le carbone. L’aluminium étant plus lourd que le carbone sera un cran en retrait pour les photographes randonneurs. 

L’avantage de l’aluminium est la solidité et le coût.

Le carbone sera plus léger et absorbera mieux les vibrations, par contre il sera un peu plus coûteux à l’achat. 

Il sera aussi un peu plus résistant au sel si nous allons prendre des photos sur le littoral.

Attention que le sable est notre pire ennemi pour notre matériel de façon générale ainsi que pour nos trépieds ! 

Un grain de sable peut avoir des conséquences désastreuses donc prenons toutes les précautions requises lorsque nous  sommes sur la plage. 

Concernant le trépied, il est recommandé de bien le rincer une fois la prise de vue terminée et avec de l’eau claire.

La fixation des pieds

La fixation de la hauteur des différents éléments coulissants qui constituent les trois pieds du trépied est également à apprendre en réflexion. 

Il y a 2 grands types de serrage des éléments coulissants les plus connues  :

A clapets :

Les clapets offrent une fermeture assez franche des sections des pieds, de façon générale les sections coulissent plus facilement qu’ avec les couronnes concentriques. Nous gagnerons alors du temps pour déployer et replier les sections une fois la prise de vue terminée.

Les clapets ont tendance à durer moins longtemps, mais cela reste à prouver.

 

A couronnes concentriques: 

  1. A couronnes concentriques (photo,photo,photo)

Les couronnes offrent un serrage manuel et progressif.

Nous allons dévisser pour déployer nos sections de trépied et viser lorsque nous voulons les bloquer. 

c’est plus long et plus fastidieux que les clapets. 

Du coup, si nous déplions souvent notre trépied cela pour être un peu gênant ainsi qu’être plus lourd (mais que des quelques grammes)

Par contre, les couronnes concentriques seront plus stables et plus durables dans le temps.

Concernant les pieds, il est déconseillé d’avoir des pieds qui dépendent les uns des autres. 

Lorsque nous sommes en photo de paysage, il y a trop de situations où le sol n’est pas plat. Dès lors, nous devons adapter l’angle de chaque pied, en fonction du relief.

Un trépied photo avec des pieds indépendants est le meilleur choix que nous puissions faire! 

Bannissons les trépieds avec des pieds reliés !

Le prix des trépieds photo

Comme pour notre matériel, ce facteur est déterminant et chance pour nous, il y a des trépieds pour toutes les bourses. 

Cependant, un investissement de minimum 50 euros est recommandé voire un peu plus quand même. Nous allons confier au trépied la charge du matériel des fois onéreux donc choisissons du matériel adapté pour ne pas faire un mauvais investissement dû à un budget accordé trop faible. 

Le trépied est un outil à long terme qu’on ne rénovera pas souvent.  

Astuces pour sécuriser notre appareil photo numérique et garantir un bon équilibre est de placer un des trois pieds dans le même axe que l’objectif. 

Nous éviterons qu’il pique vers l’avant en le plaçant comme ceci.

Les différents constructeurs

Pour finir sur les trépieds photo

Personnellement ,j’utilise un trépied Mefoto globetrotter

Ce trépied est un bon compromis entre les poids développés dans cet article. 

C’est pour moi un très bon trépied. De plus, je peux le transformer en monopod lorsque je suis en photographie sportive pour la presse.

L’autre trépied que j’utilise est un gorillapod. La flexibilité des pieds est son plus gros avantage et comme j’adore les prises de vue à ras de sol c’est extra ! 

J’utilise également un L-bracket pour plus de facilité de fixation du boîtier verticalement et horizontalement. Voici une photo de cette outils fort utile.

NB: Les trépieds sont généralement fourni avec des piques pour assuré la stabilité dans les terrain meuble.

Les rotules sont aussi un élément très important qui demande également réflexion. J’aborderai cet élément lors d’un prochain article. Pour être tenu au courant, vous pouvez inscrire votre adresse e-mail dans l’encadré ci-dessous. 

Cet article sur le trépied vous a t-il aidé ? Vous êtes libre de laisser un commentaire ceci dessous 😉

Merci d’avance 🙏

Generique - 728x90 Noire
close

Pour être tenu au courant des activités et articles, remplissez ce formulaire pour recevoir la newsletter.

je ne spams pas , tout comme vous je déteste ça! Votre adresse mail ne sera jamais cédée ou revendue! Consultez ma politique de confidentialité pour plus d’informations.

Cet article a 6 commentaires

  1. Angélique

    Cet article tombe à pic. Je cherche justement à m’en procurer un. Merci 🙂

    1. Eric

      Parfait ça! Tant mieux que ça vous à aidé.
      C est important de faire un bon choix de trépied.

  2. Merci pour cette piqûre de rappel ! J’avoue que j’utilise un trépied Manfrotto relativement fragile mais je l’utilie très peu finalement… :/

    1. Eric

      Oui ça fait tj du bien. Maintenant il est clair que tout dépend du style photographique…
      Vos photos sont très sympa, j ai apprécié.

  3. pierre Moncla

    Salut,
    J’utilise pour ma part un rollei compact travlers car je l’emporte partout.
    38 cm plié et 145 au plus grand. Top pour la rando. Par contre, faut pas le charger avec un boîtier a 5 kg 😀 c’est pour les appareils legers.
    Cordialement.
    Pierre

    1. Eric

      En effet, trépied très bien je pense! C’est bien le modèle en carbone?
      Il est peut être un peu court déplié mais c’est déjà très bien.

Laisser un commentaire