La vitesse et les 3 F

La vitesse d’obturation,comme l’ouverture du diaphragme, est la 2ème des bases essentielles à maîtriser en photographie.

Si vous n’avez pas lu mon article sur l’ouverture, je vous conseille de vous y rendre.

Comme je vous l’ai expliqué dans l’article L’OEIL DE NOS BOITIERS, la photo peut se résumer à la maîtrise de la quantité de lumière qui passe dans nos objectifs, dans notre ligne optique. La vitesse d’obturation et l’ouverture de notre diaphragme sont les notions que nous devons maîtriser.

L’obturateur laisse passer la lumière pendant un instant qui viendra “marquer” nos capteurs voire nos pellicules photosensibles pour les appareils argentiques.  

La vitesse ou le temps d’exposition s’ exprime le plus souvent en fraction de seconde voire en seconde dans certains cas.
Exemple : 1/60 sec , 1/200 sec, 1/4000 sec. En faible lumière, la vitesse(ou temps d exposition) peut chuter à 1 sec , 5 sec ,jusqu’à 30 sec. Nous appelons ces prises de vues, des poses longuesVous voyez avec des poses longues, on peut obtenir des effets de l’eau comme ici.
La vallée de la hoëgne
La vallée de la Hoëgne F/18 à  5sec iso 50
Les modes qui nous donnent cette possibilité de jouer avec la vitesse sont le mode manuel bien sûr et le mode priorité à l’ouverture.
Le pont du cinquantenaire dans la vallée de la Hoëgne
Le pont du cinquantenaire dans la vallée de la Hoëgne  F/7.1 à 3sec iso 50
La vitesse influence autant que l’ouverture nos expositions de photos. Oui, ces 2 réglages donnent la quantité et la durée de lumière qui passe à travers notre ligne optique

Ainsi, nous devons les combiner toutes les 2 pour garantir une bonne exposition de photo. Ce n’est pas tout, nous avons vu que l’ouverture, hormis une bonne exposition, nous permettait de nous donner un effet sur nos images, qui est  la profondeur de champ! 

 

La vitesse, elle nous donne la possibilité en plus d’exposer nos photos correctement, de figer nos sujets, ou de flouter ou encore de les filer. Mais que nous racontes-tu encore, allez-vous me dire ??? Et bien, sans vous en rendre compte, je viens de vous faire découvrir la règle des 3 F. Comme les ouvertures d’objectifs? Non, non, pas du tout! 

Cette règle est juste l’abréviation des mots, figé, flou, filé… Ces 3 effets sont tous à réaliser avec la vitesse d’obturation. 
Vous connaissez les nombreuses critiques que subissent tous photographes débutants ou même les plus experts, « Mais elles sont floues tes photos! » On a tous connu ça !  Mais de photos floues, certains photographes en ont fait leurs réputations. Maîtriser les flous, ou encore le filé est une vraie création artistique. Quand elle est connue et souhaitée, bien sûr. Je vous déconseille donc, de rendre uniquement des photos floues du mariage de votre meilleure amie, qui vous aura engagé, en lui expliquant que c’est de la création artistique, même si certaines seront sûrement extraordinaires. Elles ne conviendront quand même pas ou du moins pas l’entièreté du reportage, on est bien d’accord. 
Parenthèse finie, le réglage de la vitesse est le plus important pour moi et celui avec lequel je joue le plus.
En partant du fait que nos images sont bien exposées et qu’on maîtrise le jeu entre vitesse et ouverture.

Parlons des 3 F.


Le figé

Le sujet de notre image doit être bien net, sans petit flou de bougé. Ici notre vitesse pour cet « effet » dépendra de la vitesse qu’il se déplace ou pas. Car plus le sujet se déplacera vite, plus notre vitesse d’obturation devra être élevée. Forcément une Formule 1 va beaucoup plus vite qu’une caisse à savon. Donc, notre vitesse d’obturation va devoir s’adapter à notre sujet.
Idem pour réaliser des photos de portrait ou le modèle ne bouge pratiquement pas. Alors, nous pouvons plus descendre notre vitesse d’obturationPetit conseil, le “pratiquement pas” est quand même à vérifier lors de la prise de vue, assurez-vous qu’il n’y ait pas ce petit flou de bougé sur vos photos car vous ne pouvez pas vous le permettre lors de shooting dans ce style ou alors, c’est votre désir artistique de faire du flou
Pour vous donner quelques exemples de vitesse selon la situation voici quelques photos.
Thierry Neuville lors du rallye de Grande-Bretagne
Thierry Neuville lors du rallye de Grande-Bretagne F/5.6  1/1000 sec iso 1600
Sébastien Ogier en glisse au rallye de Grande-Bretagne en 2019
Sébastien Ogier en glisse au rallye de Grande-Bretagne en 2019  F2.8 1/800 sec  iso  1250
Elfyn Evans à l'attaque lors du rallye de Grande-Bretagne
Elfyn Evans à l’attaque lors du rallye de Grande-Bretagne   F/4 à 1/800 iso 800

 

 

 

Nous constatons que les vitesses d’obturation sont assez élevées pour figer les voitures de rallye.
course de caisse à savon à soiron
Course de caisse à savon à Soiron F /5.6  1/400 sec iso 100
Sur cette photo, les participants à la course de caisse à savon sont forcément moins rapides que les voitures de rallye. Du coup, on peut descendre à 1/ 400.
Personnellement,  je garde le plus souvent une vitesse de 1/1000 sec (voir plus ) quand je suis en photographie sportive car il faut que ce soit bien net et figé!

Le flou

Le sujet ou les choses autour de lui sont en mouvement. Donc, pour cet effet, nous allons profiter de ce mouvement pour le démontrer dans notre image. Dès lors, nous allons nous servir de notre trépied pour fixer notre boîtier (Le train) ou on peut le réaliser à main levée. (Ici avec les basketteurs) Ensuite, nous allons faire la mise au point sur notre sujet et  « calculer » notre vitesse d’ obturation pour que les choses qui sont en mouvement soient « étirées » par leurs déplacements.

Voici les exemples :

Train qui passe à toute vitesse à la gare des Guillemins à Liège
Train qui passe à toute vitesse à la gare des Guillemins à Liège F/9  1.6 sec iso 100
joueur de basket en action.
Joueur de basket en action. F/5.6 à 1/30 sec iso 640
joueur de basket flouté
joueur de basket flouté F/5.6 à 1/30 sec iso 640

Le filé

Ici, je dirai que c’est un peu l’inverse du flou, l’ astuce est que notre sujet en mouvement soit net et que l’arrière-plan soit flou pour que l’effet soit réussi. Maintenant c‘est assez difficile de trouver le bon compromis entre les 2 mais pas impossible. Il vous faudra vous exercer, tester… D’un côté, c’est encore une fois à votre appréciation artistique. Par contre les réglages de mise au point pour ce genre d’effet doivent être sur continu. (Voir dans votre manuel technique de votre boîtier ). En effet, la mise au point doit suivre notre sujet en mouvement et il doit non-stop calculer la mise au point, sinon il risque d’être flou. (Le sujet )

Course du championnat du monde de motocross à valkenswaard
Course du championnat du monde de motocross à Valkenswaard. Ici c’est Jeffrey Herlings à l’action  F/5.6 à 1/300 iso 320
Course du championnat du monde de motocross à valkenswaard
Course du championnat du monde de motocross à Valkenswaard  F/4.8 à 1/320 sec iso 250

Pour vous familiariser avec ces effets, je vous conseille, comme un peu à chaque fois, d’essayer, d’expérimenter et de jouer avec les réglages de votre boîtier.

Bmw à pleine vitesse au Nurburgring
Bmw à pleine vitesse au Nurburgring

Comme pour l’ouverture, nous devons maîtriser ce réglage et quand on prend conscience de la multitude d’interactions qu’on a avec la vitesse, c’est un réel plaisir de composer avec elle !

Circumpolaire à Cornesse

Encore une fois, la créativité artistique de chacun va être grandissante lors d’expérimentation avec cette règle en tête…

Pose longue au château de Horse
Pose longue au château de Horse F11  138 sec iso 100

Maintenant, nous avons parcouru les 50 % qui nous manquait après avoir lu et compris l’article sur l’ouverture. Pour compléter notre triangle d’exposition, il reste une notion à connaitre qui est la sensibilité, les iso. L’article arrive à grand pas…

Ne manquez pas les astuces de composition, article illustré qui vous donnera beaucoup d’idées !

château de walzin dans le hainaut belge avec un circumpolaire
château de Walzin  avec un circumpolaire F 2.8  4500sec iso 400
Je souhaite être tenu au courant des prochains articles!!!

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité

Cet article a 7 commentaires

  1. Bonjour,
    Vos articles sont bien faits et facile à comprendre par des personnes même débutantes. Ils sont suffisamment claires, détaillées et bien expliqué. Bravo, un beau travail!
    J’aime aussi beaucoup vos photos.
    Si je peux me permettre une remarque, concernant l’utilisation de l’expression « Vitesse obturateur » pour exprimer le « temps d’exposition »ou le « temps de pose ». Cette expression est très courent dans la littérature et provoque des confusions. En réalité la vitesse est exprimé par m/sec, km/hr (vitesse d’un objet), degré/sec (rotation). Alors que le temps d’exposition est le « temps » de l’ouverture de l’obturateur pendant la pose. Les valeurs comme 1/125, 1/1000 ou 10sec sont des temps et pas de vitesse. Le temps de pose c’est le « laps de temps » entre l’ouverture du 1er rideau et la fermeture du second rideau. La vitesse d’ouverture et de fermeture de ces 2 rideaux n’a pas d’influence sur le temps de pose.

    Bonne journée et à bientôt

Laisser un commentaire